Le temps des sucres (et des festivals)

Publié le par Daniel Racine

Période d'espoir pour plusieurs, de sentir le temps doux dans l'air, de voir les bancs de neige devenir des chaises pliables, le temps des sucres est là ! Et le printemps se pointe doucement avec un bourgeonnement de festivals. Cinq festivals arriveront avant le début avril.

Le premier en liste est Regard sur le court-métrage au Saguenay qui prend de l'ampleur année après année. Pour sa 13e édition qui se tiendra du 11 au 15 mars, ce festival consacre une partie de sa programmation aux courts provenant de la Roumanie et aussi de l'Allemagne, via le meilleur de la cuvée 2008 du festival Interfilm Berlin.

Du 12 au 20 mars, c'est dans la région de Gatineau que le cinéma sera à l'honneur. Déjà une 11e année pour Le festival du film de l'Outaouais qui donnent la chance de voir quelques primeurs et de revoir beaucoup de films québécois (du film Le banquet de Sébastien Rose à La mémoires des anges de Luc Bourdon).

Le même jour, Le festival de films sur les droits de la personne de Montréal entame sa 4e édition. C'est Laure Waridel, auteur et pionnière du commerce équitable au Québec, qui est la porte-parole d'une programmation foisonnante sur des oeuvres engagées provenant du monde entier. Jusqu'au 22 mars prochain.

La semaine suivante, du 19 au 29 mars, l'un des plus prestigieux festival de films au Québec revient pour une 28e année consécutive. Reconnu dans le monde entier pour son créneau, Le festival des films sur l'art promet de très beaux moments de cinéma à tous les festivaliers. Plus de 300 films d'une trentaine de pays, dont plusieurs dizaines productions québécoises.

Et finalement, c'est dans la capitale nationale que Le festival de cinéma des trois Amériques célébrera son 10e anniversaire. Avec Grande ourse - la clé des possibles de Patrice Sauvé en ouverture, le FC3A propose un amalgame cinématographique fort intéressant du 25 au 29 mars. Ils ont eu aussi la brillante idée de demander au toujours pertinent Matthieu Dugal, d'être le blogueur officiel du festival.




Oui, c'est vraiment le temps de se sucrer le bec et de s'en mettre plein les yeux durant le mois de mars, un peu partout au Québec.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article